Base articles

Couverture : les tuilesBati N° 13 - Avr. 11
Les tuiles

Dans les négoces généralistes, et encore plus chez les négoces spécialisés en couverture, les tuiles font partie des produits incontournables. Pourtant, malgré ce statut, il est bien difficile de gérer d'une façon optimum cette offre qui peut engendrer des problèmes de référencement mais aussi de stock.

Contrairement à d’autres produits, les tuiles appartiennent à un marché local dont le rayonnement est régional, voire départemental et même cantonal, avec les offres en général limitées sur ce territoire à deux et trois modèles pour également deux à trois coloris. Pour construire leur assortiment, les distributeurs doivent être parfaitement en phase avec leur environnement géographique, avec les bons modèles déclinés dans les couleurs locales. Généralement, si un négoce spécialisé dispose d’une grande largeur de gamme (une dizaine de modèles déclinés en trois ou quatre coloris) pour répondre à toutes les demandes émanant de plusieurs départements, le multispécialiste, qui sur ce produit n’a qu’une dimension locale, peut se contenter d’un choix plus restreint correspondant à sa strict zone de chalandise. Pour tous deux, la difficulté commune est d’avoir à la fois les produits qui se vendent depuis plusieurs années et ceux arrivent sur le marché. La transition entre anciens et nouveaux modèles et/ou coloris proposés par les fabricants est en effet très longue et le chevauchement des références peut durer entre six mois et deux ans. Le négoce doit alors bien arbitrer pour savoir à quel moment retirer de son stock une tuile dont les ventes sont en décroissance régulière pour ne laisser disponible que le modèle le plus récent.

Outre un stock important de tuiles, les distributeurs doivent aussi composer avec un nombre élevé d’accessoires à savoir des rives, des faîtières, des chatières et des demi-tuiles. Cet investissement complémentaire est d’autant plus compliqué à gérer que chaque accessoire se décline en autant de modèles et de couleurs de tuiles, même si certains sont aujourd’hui, hormis le critère de la couleur, communs à plusieurs tuiles.

Prédominance de la terre cuite

Aujourd’hui, le paysage national de la couverture, hors zinc et acier, est très largement dominé par les tuiles qui représente environ 83% du marché, contre 17% pour l’ardoise. Dans les tuiles, objet de ce panorama, l’immense majorité est formée des modèles en terre cuite, 85% des ventes, dont la majeure partie commercialisée en distribution, environ 70%, est constituée de tuiles mécaniques plus communément baptisées tuiles à emboîtement qui remplacent de plus en plus les tuiles traditionnelles. Inventé en 1841, le principe d’étanchéité des tuiles mécanique repose sur des cannelures qui permettent d’emboîter en toute sûreté les tuiles les unes aux autres avec un jeu de quelques centimètres. Pour le poseur, il n’y a donc plus besoin de couper les tuiles au faîtage car il peut moduler les tuiles longitudinalement et latéralement. Il existe trois familles de tuiles mécaniques qui se distinguent par leur relief et leur format, : les tuiles petits moules du Nord (18 à 22 tuiles par m2), les tuiles grands moules du Nord (9 à 15 tuiles par m2) et les tuiles grands moules du Sud (9 à 13 tuiles par m2).

Concernant les tuiles traditionnelles, ces dernières ont au nord de la Loire, en réalité au nord d’une frontière passant par Nantes, Paris, Poitiers, Clermont, Lyon et Grenoble, un aspect plat (tuiles plates) adapté à la contrainte de l’écoulement d’eau des toits dont la pente est inférieure à 35°. Elles se posent par chevauchement les unes sur les autres et représentent environ 20% du marché de la tuile terre cuite.

A l’inverse, au sud de cette ligne, du fait du faible besoin d’évacuation de l’eau, les tuiles sont galbées (tuiles canal) et se bloquent par glissement les unes sur les autres. Elles représentent les 10% restants du marché.

Outre la terre cuite, les tuiles peuvent également être en béton. Peu différentes des tuiles en terre cuite au vu de leurs propriétés intrinsèques, elles en diffèrent principalement par l’aspect esthétique. Elle représentent environ 9% du marché de la tuile. Enfin, il existe des couvertures en fibres-ciment qui prennent la forme de plaques ondulées et sont essentiellement préconisées pour recouvrir des bâtiments agricoles et industriels mais aussi des abris de jardin, des garages… Leur part de marché est estimée à 6%.

Pour ce panorama sur les tuiles nous vous proposons une sélection de produits issue des gammes des acteurs majeurs du marché mais aussi de certains acteurs locaux qui peuvent répondre à votre typologie de clientèle. A noter que nous avons volontairement fait le choix de présenter, lorsque c'était possible, un modèle destiné au nord de la Loire et un autre pour le Sud afin de n’oublier personne.
ND

Wienerberger-Koramic

Rustica

Matière : terre cuite
Type : plate
Couleur : Dune
Dimensions (L x l) : 170 x 270 mm
Poids : 1,1 kg
Quantité au mètre carré : 59
Destination : tous types d’architectures
Région : toutes régions
Type de pose : à joints croisés




Kanal 10

Matière : terre cuite
Type : à emboîtement
Couleur : Ocre Vieilli
Dimensions (L x l) : 487 x 305 mm
Poids : 4,5 kg
Quantité au mètre carré : 10
Destination : tous types d’architectures
Région : Sud et Ouest
Type de pose : joints droits


Le groupe Wienerberger est aujourd’hui le deuxième tuilier européen et le premier briquetier mondial. Présent dans 26 pays, ses 243 usines (dont douze en France) emploient plus de quinze mille personnes à travers le monde. Son offre s’articule autour de trois marques reconnues par les professionnels : Koramic pour les tuiles, Porotherm pour les briques de structures et Terca pour les briques d’architecture.