Base articles

La visserie boisBati N° 25 - Mars 14
La vis bois, de plus en plus technique

Les libres-services occupant une place de plus en plus importante dans le chiffre d’affaires des négoces matériaux et bois-panneaux, la visserie bois bénéficie d’une plus grande visibilité et se présente dorénavant comme un produit stratégique et non plus comme un consommable de dépannage. En élargissant leur offre à des longueurs et diamètres plus importants, les distributeurs se sont ouvert les portes d’une nouvelle clientèle regroupant des charpentiers et autres constructeurs de maisons à ossature bois. Surtout, ils ont renforcé leur image de spécialiste aux yeux des artisans pour mieux se démarquer de la concurrence des GSB. Dans un contexte économique miné par des conjonctures encore tendues et des prévisions peu convaincantes, s’intéresser davantage à la visserie bois est également l’occasion pour les distributeurs de réaliser des marges encore très avantageuses tout en générant des ventes additionnelles. D’autant que le marché de la visserie bois est encore loin d’être en récession.

Les négoces généralistes et bois-panneaux réalisent historiquement une part importante de leur chiffre d’affaires sur les matériaux, à savoir blocs bétons et briques pour les premiers, les bois de charpente, de structure et de planchers pour les seconds et leur partie libre-service dédiée à l’outillage et aux consommables, en concurrence frontale avec d’autres circuits de distribution très puissants, fait encore trop souvent figure de magasin d’appoint. Dans ce contexte, il est difficile pour l’univers de la visserie bois de se positionner en tant que rayon phare, source de profit et d’échanges techniques entre les artisans et leurs distributeurs malgré tout l’intérêt qu’il peut receler. Néanmoins, les fournisseurs présents sur ce marché demeurent résolument confiants quant à l’avenir de la vis bois dans les négoces, un brin d’optimisme que nous allons relayer au fil de ce dossier.

Un cœur de marché ciblé

Dans les réseaux intégrés comme chez les distributeurs indépendants, le linéaire dédié à la visserie bois dépasse rarement un voire deux mètres de largeur dans le libre-service, les gammes étant généralement peu profondes. De l’avis des fournisseurs, le cœur de gamme du marché de la vis bois au sein des négoces matériaux et bois-panneaux se concentre sur des vis d’un diamètre allant de 3 à 6 mm pour des longueurs comprises entre 30 et 100 mm. Plus précisément, les demandes des artisans s’effectuent sur les dimensions 4x30 à 4x60 ; 4,5x30 à 4,5x60 ; 5x40 à 5x70 et 6x80 à 6x100, soit environ une quarantaine de formats dont la moitié d’incontournables couvrant toutes les applications de second œuvre et de menuiserie.

Notons que si les vis d’un diamètre inférieur à 3 millimètres pour des longueurs maximales de 40 millimètres sont généralement préconisées pour l’industrie du meuble et échappent à la distribution bâtiment, le marché s’est en revanche élargi au diamètre 8 millimètres sur des grandes longueurs. Concrètement, depuis près de cinq ans, les demandes de vis de longueurs de 80, 100 voire 120 millimètres ont fortement progressé, certains négociants intégrant même dans leur plan de vente des vis de diamètre 10 dans des longueurs allant de 300 à 450 millimètres. Cette progression s’explique par la qualité croissante de ces vis de grandes longueurs qui, malgré un prix de vente plus élevé, concurrencent désormais les pointes qui étaient jusqu’ici le seul élément d’assemblage utilisé par les charpentiers. Contrairement aux pointes, les vis présentent l’avantage de faciliter le montage/démontage des charpentes mais aussi de limiter les temps de mise en œuvre. Il convient également de prendre en compte les préconisations récentes des CRAM et autres organismes d’assurance maladie sur la prévention des TMS et sur la pénibilité au travail qui ont nettement favorisé l’utilisation, notamment auprès des jeunes, d’outils électroportatifs telles les visseuses au détriment des marteaux, même si de plus en plus de fabricants d’outils à main commercialisent aujourd’hui des outils conformes aux préconisations.

Vis agglo ou techniques

Au sein de cette offre, il convient également de distinguer les vis classiques, également baptisées vis agglo, des vis dites techniques. Les vis agglo sont le plus souvent fabriquées à partir de process industriels existant depuis près de cinquante ans et présentent des caractéristiques techniques standards. Elles font le plus souvent figure de premiers prix, avec une proportion importante de produits d’importation asiatique, et sont largement représentées dans les négoces matériaux. Elles conviennent en effet parfaitement pour toutes les opérations nécessitant le vissage dans une cheville mais aussi pour les applications de fixation courantes.

Dès lors que le professionnel a besoin de réaliser une fixation bois sur bois nécessitant une meilleure vitesse de pénétration et surtout une grande résistance à l’arrachement, il lui est recommandé de se tourner vers des vis techniques.

Comme leur nom l’indique, ces dernières possèdent des propriétés techniques plus avancées que les vis standards, même si ces dernières font régulièrement l’objet d’amélioration. Les différences techniques s’effectuent surtout sur la tête de la vis, son filetage, sa pointe, sa composition et son revêtement, autant d’éléments que nous allons détailler dans la suite de cet article pour expliquer l’intérêt des utilisateurs à ce type de produits. En effet, bien que, comme nous l’avons mentionné un peu plus haut, la vis bois standard conserve pleinement sa place dans les linéaires, ses ventes ont tendance à chuter au profit des vis techniques qui représenteraient désormais, en volume, entre 60 et 70% des ventes sur le marché professionnel.

Hégémonie du Torx

Il y a plusieurs années, l’empreinte Pozidriv représentait 80% des ventes de vis mais l’arrivée de l’empreinte Torx® a changé la donne en offrant aux utilisateurs un meilleur maintien de la vis sur l’embout, une diminution de l’effort de vissage, un couple plus élevé et donc, au final une plus grande précision de vissage et une réduction de la consommation pour les batteries de visseuses. Conséquence, le Pozidriv est encore très présent sur les vis agglo traditionnelles alors que les vis techniques sont presque exclusivement pourvues d’une empreinte Torx qui pèserait environ 70% du marché, toutes vis bois confondues, en comptant également toutes les empreintes compatibles en forme d’étoile libres de droit. Certains fournisseurs équipent en effet d’une empreinte quasiment identique en leur prêtant des qualités supérieures, par exemple une profondeur d’emboutissage légèrement plus importante afin d’améliorer le couple de vissage et de faciliter l’opération de vissage. Cela concerne aussi bien les vis possédant un diamètre important comme les vis de charpente que les vis de diamètre moindre servant au vissage d’éléments dans des bois durs. Le plus souvent, les fournisseurs incluent dans les boîtes l’embout de vissage qui correspond exactement à l’empreinte de leur vis.

Concernant la géométrie des têtes, 70% des vis bois commercialisées dans les négoces matériaux et bois-panneaux possèdent une tête fraisée plate. Faisant office de standard, cette géométrie convient surtout pour les opérations qui nécessitent un vissage à fleur de bois. Compte-tenu du fait que près de 90% des utilisations de vis bois concernent des vissages bois sur bois, ces têtes sont souvent pourvues de fraisoirs en sous-tête, à savoir des crans qui, en tournant, arrachent progressivement les fibres du bois et permettent ainsi à la tête de rentrer dans le bois. Bien qu’offrant une finition parfaite, les têtes fraisées plates sont en revanche inutiles dans les opérations pour lesquelles les vis ne sont pas apparentes. Ainsi, pour un vissage dissimulé de bois sur bois, l’opérateur se tournera davantage sur des vis à tête fraisée bombée ou, pour la fixation d’éléments métallique sur bois (d’équerres, de connecteurs ou de roulettes par exemple) vers des vis à tête ronde.

Filetage total ou partiel

Alors que les vis agglo possèdent la plupart du temps un filet régulier et homogène, les vis techniques possèdent des filets plus complexes. Par exemple, si pour le vissage dans une cheville ou de pièces métalliques sur du bois, le filetage total s’impose, il doit en revanche être partiel pour toutes les opérations de vissage bois sur bois. Dans son fonctionnement, le filetage partiel comprend une partie filetée située à l’extrémité pointe de la vis qui pénètre dans le support et une partie lisse située à l’extrémité tête de la vis dont la fonction est de plaquer les pièces à assembler l’une contre l’autre. Les vis possédant ce dernier type de filetage (au-delà d’une longueur de 40 mm) présentent ainsi un faible risque de rupture même en cas de couple de vissage important et résistent aux diverses dilatations du bois. Depuis quelques années, certaines vis bois peuvent également comporter un filetage total à pas variable qui, en tournant, provoque un effet de contraction entre les deux éléments à visser. Ce filetage intermédiaire combine ainsi les avantages d’un filetage partiel avec ceux d’un filetage total offrant à la vis une plus grande polyvalence. A noter qu’il existe d’autres types de filetage comme le double filet usiné sur la pointe qui permet de conserver une pénétration régulière dans le bois tout au long du vissage, le filet asymétrique dont l’angle particulier assure une meilleure pénétration de la vis, etc.