Base articles

Les colles pour le bâtimentBati N° 36 - Janv. 17
L’innovation chevillée aux colles

Ces dernières années, les colles pour le bâtiment ont enregistré de nombreuses évolutions, stimulées d’une part par les réglementations, d’autre part par des exigences nouvelles en termes de conditions de pose, sans oublier le développement de réponses spécifiques adaptées aux nouveaux supports, comme les carrelages grand format ou le LVT.

Mortier-colles, mastic-colles, colles d’assemblage, colles papiers peints, colles pour revêtements de sol souples, colles parquets, colles néoprène, colles acryliques, colles MS polymère, etc., l’univers des colles pour le bâtiment fait figure d’inventaire à la Prévert. Néanmoins, la diversité de ce marché est intimement  liée à l’ampleur des domaines d’applications qu’il recouvre et à la dynamique d’innovations qui le caractérise, permettant d’apporter aux professionnels des réponses toujours mieux adaptées à leurs problématiques et aux exigences réglementaires de toute sorte. Car n’en déplaise aux pourfendeurs de ce produit, les fabricants des colles pour le bâtiment ne cessent d’innover, tout d’abord pour se mettre au diapason des exigences liées à l’environnement et à la santé des occupants des lieux mais aussi des poseurs. Ils travaillent bien entendu sur des conditionnements toujours plus adaptés à la mise en œuvre, sur des produits performants générateurs de gain de temps ou encore sur des formulations adaptées aux nouveaux matériaux. Si les colles se sont développées un peu partout dans le bâtiment, remplaçant parfois des solutions mécaniques, il est aussi des secteurs comme le carrelage, où il est difficile de faire l’impasse d’un  mortier-colle. Et sur des revêtements comme les parquets, qui peuvent se poser en pose flottante ou clipsée, la colle joue également un rôle à part entière. Elle favorise par exemple la stabilité des lames, en compensant les irrégularités du support et en évitant qu’elles se soulèvent, contribue à supprimer les bruits d’impact, ce qui permet de gagner en efficacité acoustique, est adaptée aux pièces humides, et à la pose de parquets chauffants et rafraîchissants... Elle peut même éviter à des acariens de se nicher sous une moquette. Globalement, une colle est reconnue pour ses atouts en termes de répartition homogène des forces sur toute la surface collée, de non-détérioration des matériaux contrairement à la fixation mécanique, de présenter peu de poids additionnel malgré une solidité élevée et de présenter une large palette de combinaisons de matériaux.
 
Des exigences réglementaires

Produits chimiques, les colles ont réduit d’années en année leurs composants les plus nocifs. Haro sur les toluènes,  polychloroprènes, isocyanates et autres phtalates tandis que les solvants se raréfient, en témoignent des produits qui, à de rares exceptions près pour lesquelles des alternatives n’ont pu être encore élaborées, affichent des étiquettes A+.  Rappelons que cette norme COV informe sur le niveau d’émission de substances volatiles dans l’air intérieur, présentant un risque de toxicité par inhalation, sur une échelle de classe allant de A+ (très faibles émissions) à C (fortes émissions).

Ces évolutions donnent aujourd’hui aux colles pour le bâtiment les moyens de s’intégrer dans les démarches environnementales des grands donneurs d’ordre, dans le cadre de chantiers certifiés HQE, Breeam ou encore Leed.  Ce qui exige de la part des fournisseurs la capacité à fournir des  FDE&S (Fiche de Déclaration Environnementale et Sanitaire) mais aussi des dossiers complets concernant notamment les analyses des cycles de vie de leurs produits, depuis les matières premières jusqu’à la destruction du produit. Ces enjeux concernent notamment les produits liés aux revêtements de sol souples très présents dans le tertiaire et autres hôpitaux.

Les réglementations imposent aussi des conditions de pose de plus en plus précises pour garantir la réalisation de chantiers sans défaut. En ce qui concerne les carrelages, ces exigences sont clairement expliquées dans le DTU 52.2 qui régit la pose des différentes sortes de produits sur tous les supports et selon les environnements, et indique les colles à utiliser en s’appuyant sur la classification selon la norme européenne EN 12004 qui définit les différentes classes de performances C1, C2 et C2s.  Différentes options associées s’ajoutent à ces classes, que le fabricant de colle peut revendiquer pour son produit en fonction de sa nature. Elles sont identifiées par les quatre lettres T, E, F et G du produit et viennent renforcer la technicité de la colle. D’une façon générale, plus le carreau est grand, plus la colle doit être technique. C’est également le cas lorsque le support est atypique, comme par exemple la présence d’un plancher chauffant, d’un isolant phonique, d’une chape anhydrite qui implique l’emploi d’une primaire d’adhérence, ou lorsque l’environnement est spécifique, comme dans une salle de bains ou l’humidité nécessite la présence d’une étanchéité entre le plâtre et le carrelage. De même, une plus grande technicité de colle est demandée lorsque le carrelage est fermé, le collage s’effectuant ici uniquement par la résine présente dans le mortier colle. Quand un carrelage est poreux, la colle renforce son action en pénétrant dans le carreau.

Toutes ces contraintes impliquent une utilisation grandissante de colles techniques et ceci se retrouve d’ailleurs dans les volumes commercialisés puisque pour l’année 2015,  plus de la moitié des ventes a porté sur les colles C2, près d’un quart concerne les colles C2s tandis que les colles C1 et les colles prêtes à l’emploi (déjà mélangées) sont chacune autour de 10% de part de marché.

Les néoprènes perdent le contact


Dans cet esprit de préservation environnementale, les colles contact néoprène, en vigueur traditionnellement sur plusieurs segments comme les revêtements de sol pour des applications double encollage et les mastics-colle, tendent à s’éclipser au profit d’autres solutions sans solvant, à base aqueuse, et donc ininflammables. En ce qui concerne les revêtements de sol,  les colles sèches ont fait leur apparition, prenant la forme d’un adhésif double-face, de surcroît facile à poser.

Les mastics-colle, utilisés pour le collage de panneaux, plinthes ou plus spécialisés comme par exemple pour la fixation de tuiles, assistent eux à une montée en puissance des formulations acryliques pour les applications intérieures tandis que les formulations polyuréthane et MS polymère poursuivent leur développement dès qu’il s’agit d’assurer des collages de nombreux matériaux, en particulier des matériaux poreux comme le bois ou les isolants à l’extérieur comme à l‘intérieur. Positionnées  sur les produits premium, notamment pour les fixations lourdes, les MS polymères sont pourvues de nombreux atouts. Elles permettent de coller une infinité de matériaux, autorisent une plus grande plage de températures d’utilisation et résistent à toutes les contraintes mécaniques. Bénéficiant d’une montée en cohésion rapide, elles offrent un durcissement rapide en surface et surtout permettent d’assembler des matériaux de diverses natures, bloqués (métaux, plastiques, verre) ou poreux quand leurs comparses néoprène et acrylique ont besoin au moins d’un matériau poreux. Par rapport aux mastics polyuréthane, dont la pâte dense est conditionnées sous la forme d’une cartouche utilisée avec un pistolet, elles offrent également une extrusion plus facile. A noter toutefois qu’existe aujourd’hui sur le marché, des mastics-colle polyuréthane, applicables sans pistolet, du fait d’un pistolet intégré à la cartouche.

Par ailleurs, l’alternative « saucisses » en 300 ou 600 ml aux cartouches de 300 ml favorise l’utilisation de conditionnements moins volumineux en termes de déchets et donc moins coûteux à recycler, même si ces produits font encore figure de niche.

Réduction de la pénibilité

L’évolution des formulations a également permis de mettre au point des produits  favorisant la réduction de la pénibilité pour le poseur. Ainsi, sont apparus des mortier-colles allégés, conditionnés dans des sacs de 15 kg et offrant le même rendement pour une même surface qu’un mortier-colle traditionnel de 25 kg, du fait de nouvelles techniques utilisées, des  microbilles de verre expansé par exemple remplaçant le sable. Grâce aux poignées ergonomiques des emballages, le poseur peut ainsi, le cas échéant porter un sac dans chaque main et donc réduire ses allers-retours.

Par ailleurs, les projections produites lors du versement du mortier dans l’eau sont diminuées grâce à l’ajout d’un additif. De ce fait, le chantier n’est pas souillé et le carreleur ne respire pas de particules nocives contenues dans la poussière.

Les nouveaux conditionnements sont aussi bien souvent synonymes de facilité d’emploi et donc de gain de temps. En ce qui concerne les colles parquets, les poches avec fermeture hermétique se sont généralisées, au profit de conditions de conservation supérieures. Ces emballages répondent bien aux besoins des colles polyuréthane et MS polymère, très réactives au contact de l’air.

Des cubis sont également apparus au niveau des colles à bois, dotés d’un robinet, avec lesquels les professionnels peuvent recharger facilement leurs outils applicateurs. Ils autorisent en outre une bonne conservation et sont, là encore, facilement recyclables en fin d’utilisation.  

Gain de temps et polyvalence

Les laboratoires de recherche & développement des fabricants de colles cherchent également à proposer des produits source de gain de temps et donc de productivité pour le professionnel. Depuis plusieurs années, des mortiers-colles à double consistance sont apparus sur le marché du carrelage, formulés pour être utilisés selon leur dilution avec une consistance normale ou avec une consistance fluide. Ils peuvent donc être employés en simple encollage dans toutes les conditions, en consistance normale lorsqu’un simple encollage seulement est demandé par le DTU, en consistance fluide lorsqu’un double encollage (la colle est appliquée sur le support et sur le matériau) est demandé par le DTU.
Récemment ont été mises au point des formules fluides, autorisant sur les sols intérieurs une application par simple encollage pour les grands carreaux, mais sans présenter l’inconvénient de remontées dans les joints et d’être peu compatibles avec des supports irréguliers, très présents en rénovation, grâce à une texture plus onctueuse, garantissant à la fois un très bon transfert de colle derrière le carreau, une bonne tenue à la charge et une grande résistance au glissement. Évidemment, une mise en œuvre facilitée permet de réduire le temps du chantier tout en étant source d’économies puisqu’un simple encollage permet de réduire la consommation de mortier-colle par rapport à un double encollage.
La polyvalence des produits est elle aussi facilitante puisqu’elle évite au poseur toute confusion et perte de temps à chercher plusieurs produits spécifiques en fonction de leur utilisation, notamment lorsque le chantier intègre plusieurs types de carrelage ou de revêtements.

Les produits prêts à l’emploi ont également pénétré l’univers professionnel. Ils se sont généralisés par exemple pour tout ce qui touche à la pose de toile de verre, avec des colles en pâte et en seau applicables au rouleau.

Adaptation aux nouveaux supports

Les efforts de recherche concernent aussi  bien entendu la mise en œuvre des nouveaux supports. Le cas des carreaux grand format sur le marché du carrelage a déjà été évoquée, avec notamment la démocratisation des dimensions 45 x 45 cm et 30 x 60 cm et l’essor de carreaux de tailles encore supérieures  ou spécifiques comme les lames imitation parquet (15 x 60 cm, 15 x 120 cm…), impliquant une technique de pose soignée avec donc des mortiers-colle haut de gamme.

Même réflexion en ce qui concerne le LVT, le fameux luxury vinyle tile, dont la montée en puissance est manifeste. Selon MSI, ce segment de marché représentait 21% des volumes de sols résilients posés en 2015 contre 11% en 2010, soit plus de 11 millions de mètres carrés posés. Ce revêtement de sol vinyle pouvant présenter des variations dimensionnelles, une  nouvelle génération d’émulsions acryliques, favorisant une montée en cohésion  et un blocage rapides du revêtement, autorisent son placage immédiat et au final une meilleure résistance au cisaillement.

Restent que ces colles nouvelles formules présentent généralement un coût à l’achat plus élevé que les versions classiques. Par ailleurs, elles supposent parfois de nouveaux temps de mises en œuvre et l’acquisition de nouveaux gestes qui peuvent être un frein pour le professionnel. Néanmoins, la compréhension de leurs plus-values, sur le point de vente ou à travers les forces de vente des revendeurs soutenues par celles des fabricants, a souvent raison de leurs réticences, surtout sur les chantiers techniques. 

Agnès Richard


PCI Pericol® R-Flex de BASF est un mortier-colle C2S1 ET/EG, caractérisé par sa polyvalence, sa consistance mousseuse qui facilite l’application, ainsi que par une formulation qui accroît son adhérence et ses résistances. Sans poussière, il convient aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur, sur les sols ou les murs, pour les piscines et plages de piscines, sur tous les supports, quelle que soit la taille du chantier. Grâce à son double taux de gâchage, il est applicable en faible, moyenne ou forte épaisseur.


Le mortier-colle weber.col flex confort s’applique par simple encollage, sur tous types de revêtements céramiques et pierres naturelles, au sol et comme au mur, en intérieur et en extérieur, en neuf ou en rénovation. Sa mise en œuvre est facilitée, économe en produit (-15% de consommation par rapport au double encollage) et en temps d’application (-20%). Sa formule anti-poussière permet de conserver un chantier plus propre et limite les gênes respiratoires. Il est conditionné en sac de 15 kg.


Conditionné en sac de 15 kg, muni d’une poignée de transport, le mortier-colle MC 350 Flex Duo Light de Bostik assure le même rendement que le format classique de 25 kg. L’application est facilitée grâce à une consistance plus onctueuse et légère. Par ailleurs, sa formule réduit de 90% les émissions de poussière lors du mélange.
Formulé sans solvant et sans phtalates, MC 350 Flex Duo Light est classé A+, EC1 Plus pour sa très faible émission de COV. Il bénéficie par ailleurs d’une FDE&S (Fiche de Déclaration Environnementale et Sanitaire).


Avec un sac allégé de 15 kg, PRB Col Duo Max offre un rendement de 25 kg. Destiné à toutes les situations (murs et sols, intérieurs et extérieurs), avec un durcissement rapide pour un jointoiement 4 heures après collage, il dispose aussi d'une double consistance afin de permettre, en colle fluide, une pose en simple encollage jusqu’à
10 000 cm². Ce produit est également conçu pour obtenir un maximum de confort et de propreté grâce à sa formule avec émission de poussière réduite.


Rualaix RX-105 3F de Baixens est un enduit-colle polyvalent en poudre, permettant de coller, reboucher et lisser. Il permet ainsi d’assembler des carreaux de plâtre et de coller des bandes à joint. Sa prise est semi-rapide (1h45). Après séchage complet, il peut être recouvert par une peinture. Il est classé A+.


Semin propose un enduit multi-fonctions, en pâte prêt-à-l’emploi, spécialement formulé pour le traitement des joints de plaques de plâtre à bords amincis en association avec une bande à joint. Il est approprié au collage et à la finition de la bande. L’application se fait sur tous types de plaques de plâtre avec ou sans isolants.

Fabriqué en France, PERFECTcolor de Parexlanko est un produit bicomposant (résine colorée époxy émulsionnable et sable), destiné à la réalisation de joints résistants à l’eau, à l’humidité et aux produits chimiques. Résistant à l’humidité, ce mortier-colle et joint ne moisit pas, ne s’effrite pas, ne noircit et ne jaunit pas, grâce à sa composition fermée et hautement performante. Il convient pour une application au sol comme au mur, pour réaliser des carrelages techniques, tels que la pâte de verre ou la mosaïque. Il est disponible en 21 couleurs et dispose d’un classement A+.

Ultrabond Eco Contact de Mapei est une colle contact en phase aqueuse qui s’applique par double encollage pour le collage intérieur de marches intégrales, plinthes et remontées en plinthes, de passages d’angle, de profilés en PVC, caoutchouc, linoléum revêtements textiles, liège. Classée Emicode EC1 Plus, elle ne contient aucun solvant. Elle est particulièrement adaptée pour le collage en locaux confinés ou occupés (hôpitaux, bureaux, habitations...). Elle possède une viscosité basse qui facilite son application au rouleau ou au pinceau.

Le mastic-colle High Tack de Den Braven est doté d’un tack immédiat et d’excellentes propriétés d’adhérence. Issu d’une technologie hybride base MS, il polymérise par réaction chimique à l’humidité atmosphérique pour former un joint qui conserve durablement son élasticité.


Sikaflex® 11 FC de Sika est un mastic-colle polyuréthane, qui permet de tout coller et de tout jointer sans bavure à l’intérieur comme à l’extérieur. Polyvalent, il bénéficie d’un procédé de pose unique, mis au point par les ingénieurs de Sika, en mesure d’extruder facilement une pâte aussi dense que le polyuréthane sans recours à un pistolet.


Conçu par Olive Quimica, Olibond Turbo Tack est un mastic/colle à réticulation neutre à base de polymères modifiés avec silanes. Il est inodore, sans solvant et sans isocyanate. Ce mastic monocomposant réticule rapidement au contact de l’humidité atmosphérique pour devenir un joint à haut module d’élasticité et de haute dureté qui maintient ses propriétés d’adhérence et d’élasticité dans le temps, et possède une excellente résistance au vieillissement climatique et aux agents atmosphériques.


Fischer propose une colle Multi-usage MS Polymer blanc qui assure un collage souple de différents matériaux de construction tels que béton, brique, tuile, plaque de plâtre, bois, pierre naturelle, polystyrène, etc. Elle convient pour les accessoires en matériaux de synthèse et assure l’étanchéité et le collage dans le domaine de la couverture, de la zinguerie, de la menuiserie et de la climatisation. Elle permet également de réaliser des joints sur la pierre naturelle, y compris le marbre.

Griffon
a développé le Polymax High Tack Express, une colle de montage qui permet de travailler sans avoir à attendre ou étayer. Il permet un collage puissant à la verticale et en sous face même sur une surface humide. Sans solvant, PolyMax High Tack Express peut être peint.









1