Base articles

Les outils coupants pour le boisBati N° 21 - Avr. 13
La polyvalence comme vecteur de dynamisme

Positionnées sur des marchés fortement concurrencés, les lames de scies circulaires et de scies sauteuses sont aujourd’hui considérées comme des consommables matures où le champ des innovations se raréfie. Pour créer de la croissance et dynamiser les ventes chez les distributeurs, les fournisseurs axent donc leur stratégie sur des évolutions technologiques qui débouchent sur des références polyvalentes dédiées aussi bien à la coupe du bois qu’à celle d’autres matériaux fréquemment utilisés dans la construction et le second-œuvre. Les professionnels du bâtiment et plus particulièrement les artisans du bois sont en effet aujourd’hui à la recherche de simplicité sur les chantiers et tendent à préférer les outils multi-matériaux plutôt que des outils spécifiques. Preuve en est, les scies sabres connaissent un engouement certain et les lames utilisées pour ces machines bénéficiant désormais d’une attention toute particulière des négoces.



Si depuis quelques années, les investissements des artisans et entreprises du bâtiment en machines font l'objet d'un léger ralentissement du fait d’une gestion économique plus rigoureuse, les achats de consommables restent dynamiques et constituent un poste de dépenses important pour les professionnels. Ce marché de renouvellement est de fait un incontournable dans la distribution professionnelle.

Ainsi, même si le marché de l’électroportatif a connu une année 2012 compliquée, les ventes de consommables ont été relativement stables en volume, le marché général (perçage, sciage, diamant, vissage…) n’ayant baissé que de 2,4% par rapport à 2011 (source Secimpac). Si certaines familles ont nettement marqué le pas, comme les disques et couronnes diamantés qui ont affiché un recul de 13,6%, d’autres ont parfaitement résisté comme le vissage (+1,4%) ou le perçage (+0,3%). Le sciage a pour sa part enregistré une baisse de 4,1%, un résultat qu’il convient toutefois de nuancer. En effet, cette famille particulièrement large comprend aussi bien des outils destinés à la coupe du métal que des consommables spécifiques au sciage du bois. Ces derniers, à savoir les lames de scies circulaires, de scies sauteuses et de scies sabres représentent d’ailleurs la majorité des ventes des outils de sciage et répondent à une clientèle professionnelle issue de corps de métiers variés comme les menuisiers, les agenceurs, les charpentiers, les poseurs de parquets ou encore les entreprises générales du bâtiment qui s’équipent essentiellement dans les négoces bois et matériaux. La coupe du métal concerne plutôt les secteurs du chauffage-sanitaire, de la plomberie et de l’industrie et entre davantage dans le plan de vente des distributeurs spécialisés et des quincailleries et fournitures industrielles.

Les lames de scies circulaires, numéro un des ventes

Dans les outils coupants pour le bois, les lames de scies circulaires constituent aujourd’hui la part la plus importante en valeur. Deux grandes familles coexistent sur le marché avec d'une part les lames pour machines stationnaires (que nous n’aborderons pas dans ce dossier) et d'autre part les lames pour scies circulaires portatives. En termes de technologie, ces deux catégories de produits sont similaires, la distinction portant uniquement sur les diamètres des lames. En effet, pour une machine électroportative, ce diamètre se situe entre 150 et 230 mm, voire 250 mm. Au-delà, les lames sont utilisées avec des scies circulaires stationnaires et répondent aux exigences d’ateliers de production, scieries ou de charpenteries industrielles par exemple, qu’à des problématiques de chantier.

Les différents diamètres de lames correspondent aux divers besoins de profondeur de coupe, la valeur maximale possible étant au final déterminée par les capacités de la machine. Logiquement, si le diamètre de la lame est faible, la profondeur de coupe l'est également et inversement, plus le diamètre de la lame est important, plus la profondeur de coupe est grande. Par exemple, une lame de 165 mm de diamètre autorisera en moyenne une profondeur de coupe de 55 mm quand une lame de 235 mm permettra de scier des sections de bois allant jusqu’à 86 mm d’épaisseur. A noter que pour chaque diamètre, il existe plusieurs alésages qui varient selon les marques de scies. La plupart d'entre elles ont aujourd’hui des lames avec un alésage de 30 mm, mais il existe également des lames usinées avec un alésage de 16 et 20 mm. Bien que servant essentiellement à la fixation de la lame sur la machine, l’alésage a son importance dans les performances de coupe. En effet, une lame bien centrée engendrera de faibles vibrations et donc un résultat d’une grande propreté. En outre, plus l'alésage est petit, plus le couple est important et plus la vitesse de la lame est grande.

Trois géométries de denture

Pour un même diamètre et un même alésage, les référencent se multiplient selon l’opération à effectuer et le type de bois à scier. Sur les chantiers, l’utilisation de scies circulaires portatives répond à trois principaux types d’applications qui sont le tronçonnage, le délignage et la précision. Pour chacune de ces opérations, il existe des lames dédiées qui se différencient par la géométrie de leur denture. Généralement, pour le tronçonnage et les coupes transversales de panneaux contreplaqués ou de stratifiés, il convient d’utiliser une denture alternée dite ATB (de l’anglais Alternate Tooth Bevel) qui signifie que l’affûtage est alterné à gauche et à droite d’une dent à l’autre, l’angle de coupe variant ainsi entre 10° et 20°. Cette géométrie permet à l’opérateur de réaliser une coupe rapide et nette. Pour le délignage, les lames intègrent généralement une denture plate (ST) qui favorise une vitesse de coupe importante idéale pour les coupes dans le sens du fil mais qui n'offre pas un haut degré de finition. Enfin, pour les coupes de précision, les lames sont conçues avec denture alternée plate trapézoïdale (TCG ou Heller) qui ne provoque pas d’éclat sur le bois et garantit une grande précision de coupe. Dans ce cas, une dent sur deux est meulée des deux côtés (dent ébaucheuse) et se trouve plus haute que la dent suivante, plate et dite dent finisseuse.

Pour chaque géométrie de denture, le nombre de dents varie entre 18 et 80 selon le type de bois à scier. Pour un disque de 200 mm de diamètre, l’offre comprend des lames de 24 dents (bois durs) jusqu’à 40 dents pour les bois tendres. Retenons simplement que plus le nombre de dents est important, plus une lame est adaptée aux bois tendres. De fait, augmenter le nombre de dents réduit la vitesse d'avance de la lame ce qui permet d’obtenir une plus grande précision de coupe. Ainsi, pour découper un panneau d’aggloméré composé de copeaux de bois, il convient d’utiliser une lame possédant un nombre important de dents sous peine qu’elle arrache la surface du panneau.

Tendance à la polyvalence

Les lames de scies circulaires sont fabriquées à partir de tôles d’acier trempé (la qualité de l’acier utilisé varie selon les fabricants) généralement découpées au laser, une technique qui, contrairement à la découpe par poinçonnement, permet d’obtenir une parfaite planéité et donc de limiter les contraintes internes – un anneau de précontrainte peut d’ailleurs être ajouté pour renforcer la planéité des lames.