Base articles

Les scies trépans diamantéesBati N° 12 - Dec. 10
Un marché qui perce

Autrefois positionné sur un marché de niche, les scies trépans diamantées ne cessent de se démocratiser et de séduirent les artisans, notamment les carreleurs, les électriciens, les plombiers ou les chauffagistes. Autrefois obligés d’utiliser pour percer les matériaux durs comme le carrelage ou le marbre des outils difficiles à utiliser générant beaucoup de casse et de perte de matériaux par propagation brutale de fissure, ils ont désormais la possibilité, avec les trépans diamantés, de travailler plus rapidement et plus confortablement.

Des scies trépans diamantées sont utilisées sur des machines électroportatives, pour percer les matériaux durs ou vitrifiés comme la céramique, le verre, le grès, le granit, le marbre, certains matériaux composites ou encore la brique. Au sein des négoces matériaux et spécialisés en chauffage-sanitaire, il existe deux familles de produits qui se différencient par leur mode d’utilisation, à l’eau ou à sec.

Les scies trépans diamantées à eau : le cœur du marché

D’un point de vue technique, les diamants qui abrasent la matière sont tenus au trépan par un dépôt électrolytique effectué sur la couronne métallique. Ainsi, lorsque l’utilisateur attaque le matériau, les diamants chauffent au risque de se décoller de la couronne de métal. Pour éviter cette cassure, les scies trépans diamantées sont refroidies par un apport d’eau (généralement un système d’arrosage) qui permet de prolonger la durée de vie de l’outil. Aujourd’hui, les scies trépans à eau représentent la majorité des ventes du fait d’un coût peu élevé et apportent à l’artisan de nombreux avantages comme une meilleure finition (le résultat est quasi parfaitement lisse et sans accrocs) et de faibles émissions de poussières et de bruit. Ce dernier facteur est relativement important dans le choix du produit car le bruit émis par le perçage du matériau est aigu et peu supportable. Malgré ces qualités, les trépans utilisés sous eau ne sont préconisés que pour des perçages peu fréquents et ne permettent de réaliser en moyenne qu’une dizaine voire vingtaine de trous, certains fabricants autorisant une utilisation prolongée jusqu’à une soixantaine de trous selon la dureté de la matière.

Les scies trépans diamantées à sec : un segment qui pousse

Bien que deux fois plus chères que les scies trépans diamantées à eau, les versions utilisables à sec séduisent de plus en plus de professionnels. Elles sont en effet préconisées pour les artisans qui ne peuvent percer sous arrosage, par exemple lorsqu’il y a déjà la présence d’une installation électrique. Les grains de diamants étant brasés ou soudés – le dépôt électrolytique ne permet pas de travailler à sec dans les matériaux très durs avec des longévités acceptables pour un professionnel –, ils sont plus gros que sur les trépans à eau. Ils permettent ainsi d’accroître la vitesse de perçage tout en étant plus robuste, l’utilisation pouvant atteindre 90 trous dans des matériaux pas trop durs. Toutefois, la taille des grains engendre une finition surfaite et moins précise et provoque plus d’émissions de bruit et de poussières.

Des diamètres pour une utilisation précise

Quel que soit le type de scie trépan diamantée utilisé, il existe une large palette de diamètres qui correspondent à des applications précises. Généralement, en dessous du diamètre quatorze millimètres, l’offre se concentre sur des forets diamantés qui sont principalement utilisés pour la pose de cheville. Les diamètres 6, 8, 10 et 12 millimètres sont ainsi fortement demandés car, les carreaux étant de plus en plus large, ils permettent aux professionnels d’éviter de percer dans les joints. Les diamètres 14 et 16 millimètres sont également concernés par le chevillage mais essentiellement pour des chevilles chimiques, c’est-à-dire des capsules en verre.

Les diamètres 22 et 29 millimètres représentent également de fortes ventes. Ils sont préconisés pour le passage de tuyaux de cuivre qui demeurent encore fortement utilisés pour les raccordements d’eau. Au-dessus de ces diamètres, les scies trépans diamantées sont utilisées pour la pose de mitigeurs (35 mm), la pose de boîtiers d’applique (41 mm), le passage de tube PVC d’évacuation (44 et 51 mm), la pose d’appliques (des spots par exemple) ou de conduit de VMC (76-83 mm) ou encore la mise en place d’évacuation de toilettes (105 mm).

68 millimètres, un nouveau diamètre

Généralement, pour la pose de boîtiers électriques, il convient d’utiliser des scies trépans diamantées de 65 ou 67 millimètres de diamètre. Toutefois, depuis peu, ce standard a évolué et le marché se tourne désormais vers le diamètre 68 millimètres qui correspond aux nouvelles tailles de boîtiers. En effet, les acteurs majeurs dans la fabrication de boîtiers cherchent à imposer leur propre standard afin de se démarquer de leurs concurrents et ainsi multiplier leur vente. Pour rester en phase avec les normes de sécurité, les fournisseurs de scies trépans diamantées sont donc obligés de s’adapter et proposent donc désormais aux artisans des outils conformes à leurs nouvelles attentes.

Parmi les autres mouvances du marché, notons également l’arrivée d’emmanchements universels qui permettent de changer rapidement de diamètres mais aussi, à l’instar de ce qui s’est produit sur le marché des disques diamants, l’arrivée de scies trépans universelles. Grâce à une granulométrie des diamants mieux contrôlée, certains fabricants sont en effet désormais capables de ne proposer qu’une référence pour tous les types de matériaux durs (du verre à la pierre de lave en passant par les grès cérames, les marbres et les briques) contre plusieurs auparavant, la multiplication des granulométries ayant parfois tendance à compliquer l’offre.

Deux types de conditionnements

Au sein des distributeurs professionnels, les scies trépans diamantées sont essentiellement commercialisées en coffrets soit, avec des petits diamètres destinés au chevillage, soit, avec un panaché des diamètres les plus fréquemment utilisés. Certains fournisseurs accordent une grande importance à ce type de conditionnement et n’hésitent pas à développer des boîtes à outils spécifiques qui permettent de stocker les scies trépans mais aussi les machines associées, par exemple une perceuse.

La vente au détail ne doit cependant pas être négligée. En effet, pour les scies trépans diamantées, certains artisans ont une utilisation ponctuelle et concentrent leurs achats sur un, voire deux diamètres, essentiellement pour la pose de boîtiers électriques. Autrefois sous-exploitée par les distributeurs, cette vente à l’unité affiche aujourd’hui une croissance constante, justifiant ainsi la place dans les linéaires pour ces deux conditionnements