Base articles

Les serrures intelligentesBBI N° 104 - Janv. 13
De nouvelles portes à ouvrir pour les distributeurs

Les clés traditionnelles tendent de plus en plus à être remplacées par des moyens d’identification électroniques comme les transpondeurs, les cartes badges, les claviers à codes, les lecteurs biométriques et même les smartphones. Intéressant un nombre croissant d’entreprises, les serrures intelligentes sans fil ne se limitent plus seulement à la notion de sécurité mais prennent également en compte les notions de confort et de rentabilité.

Le bon vieux trousseau de clés est à reléguer au rang d’image d’Épinal. Le phénomène n’est pas nouveau mais ne fait que s’amplifier sur un marché du contrôle d’accès en pleine expansion. Troquant la clé contre un badge, un code, une commande à distance ou encore un système de lecture d’empreinte digitale, les serrures dites intelligentes se développent aussi sûrement que le gain qu’elles apportent aux utilisateurs en matière de sécurité. Moins complexe qu’un système de contrôle d’accès filaire, en mesure de piloter différents éléments de la sécurité (vidéos surveillance, incendie...), la serrure intelligente dispose en elle-même des ressources évoluées pour autoriser ou non un accès. Les composants des cylindres de fermetures sont remplacés par des solutions mécatroniques et numériques, le tout fonctionnant à l’aide de piles munies de systèmes d’alerte pour signaler lorsque la batterie est faible, et ne nécessitant donc aucun câblage. S’il est difficile de donner des chiffres précis sur le niveau des ventes, les acteurs de cet univers observent généralement des croissances à deux chiffres sur un marché global de la serrure qui tend, lui, à suivre le ralentissement enregistré actuellement par le secteur de la construction. Néanmoins, ces serrures de haute-technologie représentent encore une niche de marché. Moins de 15% des nouvelles portes disposeraient d’un dispositif de contrôle d’accès, systèmes filaires compris. Mais preuve de cette évolution, ces solutions novatrices ne s’adressent plus uniquement, comme auparavant à la porte principale. Elles équipent aujourd’hui différentes salles ou locaux et même les meubles du bureau.

Une réponse à un besoin

En France, si ce marché se limite quasiment exclusivement au secteur professionnel, il se développe surtout dans le neuf et dans les grandes opérations de rénovation.

Les systèmes d’ouverture de portes sans clé traditionnelle suscitent effectivement un intérêt grandissant de la part des entreprises, et pas seulement de celles dont l’activité exige un haut degré de sécurité. Les premiers concernés sont les secteurs qui enregistrent de nombreux mouvements de personnes, extérieures ou non à l’entreprise. L’hôtellerie n’a pas attendu pour s’équiper et aujourd’hui les collectivités territoriales, les foyers d’étudiants et de travailleurs, les hôpitaux, les sièges des grands groupes sont en tête de file.

En effet, pour ces structures qui donnent accès à leurs locaux à de multiples personnes, les serrures classiques à clé relèvent du véritable casse-tête pour le gestionnaire sécurité du site. Car comme chacun le sait, une clé s’égare facilement et ce d’autant plus qu’il ne s’agit pas de la clé de chez soi. A chaque perte, le niveau de sécurité du bâtiment est affaibli, quelqu’un pouvant potentiellement s’y introduire. Quant à la duplication d’une clé, son coût est élevé, prend du temps, surtout lorsque l’entreprise a investi dans un organigramme avec clés incopiables.

Sécurité, confort, rentabilité

Si les premières solutions intelligentes sont apparues sur le marché français il y a une quinzaine d’années, les fonctionnalités se sont depuis enrichies, ouvrant les systèmes d’accès à de nouvelles dimensions dépassant largement la notion de sécurité pour s’ouvrir aux critères de confort pour l’utilisateur et de rentabilité pour l’entreprise. Grâce à un badge ou à une commande à distance (transpondeur) par exemple, le gestionnaire peut décider à distance de qui pénètre dans l’entreprise, dans quelle salle, à quel moment, pour quelle durée et avoir un état de la situation en temps réel. Évidemment, la multiplicité des fonctions dépend de la complexité du système. Si le badge est égaré, il suffit de le déprogrammer et d’en reprogrammer immédiatement un autre, pour un budget de quelques euros alors que la duplication d’une clé peut atteindre une centaine d’euros.

Trois grandes familles

Globalement, trois grandes familles de serrures intelligentes existent aujourd’hui sur le marché.

Les systèmes complètement autonomes permettent au gestionnaire de programmer directement les consignes sur le produit avec l’aide d’un guide vocal, un code ou un badge maître, capable d’enregistrer dix à cinquante utilisateurs. Assez simple, ce procédé est recommandé pour une ou deux portes.

Avec un logiciel, le système est en mesure de gérer plusieurs portes et de faire de la gestion horaire. L’utilisateur est associé à un badge, à un code, à une empreinte et les autorisations données peuvent être limitées dans le temps. La programmation du nom de la personne, des portes concernées, des horaires s’effectue à l’aide d’un ordinateur. Néanmoins, sur ces systèmes dits « off line » l’information n’est pas transmise en temps réel. A partir du moment où le gestionnaire donne une autorisation à quelqu’un, il doit transmettre l’information à la porte à travers un programmateur, via un ordinateur portable, une liaison USB ou WiFi.

La troisième famille concerne les produits sans fil dits wireless. Avec cette dernière, on s’approche de plus en plus des fonctionnalités d’un contrôle d’accès filaire, la liaison sans fil remplaçant le câble. En quelques secondes, le gestionnaire envoie de nouvelles autorisations comme la réservation d’une salle de réunion ou récupère les informations transmises par la porte. Il suffit d’installer dans le bâtiment des antennes sans fil qui vont se relier au système de contrôle d’accès. Il est même possible, via un modem et un adressage IP, de gérer à distance les accès de bâtiments isolés les uns des autres, voire situés à l’autre bout de la France.

Ces solutions fonctionnent soit avec leur propre logiciel ou alors sont capables de fonctionner avec n’importe quel logiciel de contrôle d’accès. Cette dernière solution offre évidemment plus de souplesse surtout lorsque l’entreprise, déjà équipée, souhaite intégrer des portes supplémentaires dans son dispositif de sécurité.

Différents langages

Ces systèmes RIFD de lecture sans contact sont historiquement équipés d’une technologie basée sur la fréquence 125 KHz, développée principalement par deux fabricants : HID Prox et Electromarin.

Depuis quelques années toutefois sont apparus des produits basés sur la fréquence 13,56 MHz, déclinés en trois grandes technologies : Mifare Classic, Mifare DESFire, évolution de la première, et iClass. Ces technologies représentent en fait différentes façons d’écrire dans les badges et de sécuriser l’information entre le badge et le lecteur, la plupart des solutions de sécurité étant compatibles avec les différentes technologies.