Base articles

Manutention : FimmBBI N° 140 - Dec. 16
Un savoir-faire à pérenniser






















Pour ses 60 ans, la société Fimm est entrée dans une nouvelle phase de développement. La PME icaunaise, située en Bourgogne, spécialisée dans la conception et la fabrication de solutions de manutention manuelles pour les professionnels, accélère depuis quelques années sa dynamique produits, en témoigne aujourd’hui une gamme de 14 familles de produits, distribuée exclusivement par la distribution professionnelle. Cette dynamique a aussi insufflé une nouvelle organisation de la production pour gagner en compétitivité et services client. La nouvelle gamme de diables à basculement assisté, l’une des familles de produits emblématiques du fabricant, qui sera lancée début 2017, illustre bien cette stratégie.


Le diable est dans les détails reconnaît l’adage populaire. Une expression que la société Fimm fait volontiers sienne. Depuis soixante ans, elle assoit son savoir-faire dans la conception et la fabrication de solutions manuelles de manutention pour les professionnels sur une exigence sans concession concernant la robustesse de ses produits, leurs fonctionnalités « utiles » et leur ergonomie. « Fimm signifie Fabrication Industrielle de Matériel de Manutention. Notre métier, nous l’exprimons à travers un savoir-faire acquis tout au long de notre évolution industrielle et qui se traduit par une somme de détails qui reflètent notre expérience et expliquent la fidélité des utilisateurs à notre marque » explique Laurence Dart, Directrice générale adjointe. Par exemple, les poignées des diables sont montées à chaud pour éviter qu’elles ne glissent, les roues se parent d’un rouleau et d’une bague réduisant la friction et donc l’effort, tous les diables-escaliers sont livrés avec une sangle, les plateaux des servantes en médium résistent aux charges importantes et même aux coups de marteau...

La liste des « petites » attentions que Fimm accorde à ses produits pourrait se dérouler plus encore et témoigne du sens de la précision du fabricant, implanté à environ 120 km de Paris, à Joigny, une petite ville des bords de l’Yonne, que les amateurs connaissent bien pour sa fameuse Côte Saint-Jacques. « Notre principal objectif est de développer de la valeur ajoutée autour de la fonction principale de nos produits : Le rôle attendu d’un diable est de déplacer une charge. Grâce au développement du brevet de basculement assisté, Fimm a optimisé la fonction de basculement du diable, en permettant de réduire de plus de 50% l’effort de l’opérateur. » Véritable signe de différenciation de la marque sur le marché, ses produits, sont aussi expédiés entièrement montés, un vrai service apprécié des industriels.  Cette démarche est un gage de sécurité puisque les éléments, mécano-soudés, n’ont pas besoin d’être montés, et constitue un gain de temps appréciable pour les professionnels !

Des valeurs fortes

Tout comme la qualité des produits, garantis cinq ans, la notion de services auprès de ses clients distributeurs, est un critère essentiel, intégré dès la conception. La marque est effectivement reconnue pour la qualité de ses produits et services associés et Fimm accompagne ses clients tout au long de la vie de ses produits avec un service SAV pour tous ses composants de fabrication : Plateaux, roues, pièces mécanique de tous types, etc. sont vendues en pièces détachées. Dès qu’il s’agit d’entretenir des produits plus techniques tel qu’une pince à fût, un gerbeur, une remorque, le bureau études pose son expertise avant une éventuelle réparation dans l’atelier. « Chez Fimm il n’y a pas d’obsolescence programmée. Nous assurons le SAV et l’entretien de nos produits. La vision du groupe est de proposer des solutions ergonomiques, pérennes et éco-responsables

Comme tant d’autres PME industrielles de l’Hexagone, Fimm a ainsi su associer à sa culture industrielle, une dimension services, entièrement orientée client. L’équipe de cinq ADV est en première ligne avec pour mission d’accompagner le distributeur au quotidien. « Sur 90% des appels, les clients sont pris en charge toute de suite. L’objectif est de renforcer l’équipe sédentaire pour renforcer ce service de l’immédiateté. » Cette équipe travaille en collaboration avec huit commerciaux terrain, dont le rôle est d’accompagner le distributeur mais aussi d’aller sur les sites industriels pour détecter les besoins et mettre en avant les compétences de la marque, sachant que l’entreprise commercialise exclusivement ses produits à travers la distribution professionnelles (FI, négoces en matériaux, vépécistes). Elle n’hésite d’ailleurs pas à valoriser sur son site internet ses meilleurs partenaires, c’est-à-dire ceux qui, notamment, stockent son matériel. « Nous avons des valeurs fortes, un engagement fort. Nous ne passons jamais en direct. »

Soixante ans d’expertise


Depuis 60 ans, ses valeurs trouvent leur source dans le savoir-faire technique de l’entreprise, son ancrage régional et ses partenaires locaux. Si son aventure a démarré en 1956, en région parisienne, avec Jean et Monique Alaux, Fimm a écrit une nouvelle page de son histoire, en 1986, lorsque Roland Cattin reprend la société. L’entrepreneur lui donne une nouvelle dimension en développant sa capacité de conception, avec notamment le renforcement du bureau d’études qui s’est traduit par une stratégie active de dépôts de brevets. Aujourd'hui, le secteur de la manutention bénéficie d’un contexte qui lui est favorable. Il est soutenu par la loi Macron favorisant l’investissement industriel et une sensibilisation croissante à la réduction de la pénibilité et des troubles musculo-squelettiques (TMS) sur le poste de travail, poussée par la réglementation. Rappelons qu’une femme ne doit pas porter de charges de plus de 15 kg et un homme de plus de 25 kg. Les services prévention des  Carsat préconisent ainsi de plus en plus souvent des solutions de petite manutention pour prévenir notamment les TMS, cause de 85% des maladies professionnelles et premier facteur d’inaptitude professionnelle. « Fimm à travers son activité est en première ligne pour détecter les besoins en manutention dans son environnement direct et ainsi les concevoir, les tester et les utiliser par lui-même. Travaillant en étroite relation avec la  Carsat dans le cadre de l’amélioration des conditions de travail, nous sommes à la fois contrôlés comme tout industriel, et sollicités pour trouver des solutions efficaces dans différents secteurs d’activité. » Fimm participe aussi activement avec tout le tissu d’industriels locaux dans le secteur de la métallurgie aux réflexions sur l’industrie du futur.

100% français

En 2014, suite à la disparition brutale de son père, Julia Cattin, alors âgée de 26 ans, choisit de reprendre les rênes du groupe Momentum, constitué des sociétés Fimm, Manuvit, et depuis 2015 de Whiptruck. Une évidence pour la jeune femme, déterminée à pérenniser les savoir-faire du groupe dont l’ADN est de concevoir, fabriquer et distribuer des solutions de manutention professionnelles. « Fimm, c’est aussi une équipe très soudée d’hommes et de femmes investis dans leur métier. Il était important pour moi de poursuivre l’aventure familiale. Et je savais que je pouvais m’appuyer sur l’équipe de direction du groupe. » Laurence Dart, en charge de la partie commerciale, est entrée dans l’entreprise, il y a quinze ans, Patrick Milet, directeur industriel depuis quatre ans, et Valérie Peigné, responsable financière et RH depuis près de dix ans.

Si, comme son père, Julia Cattin a su résister aux sirènes de la délocalisation et porte haut le Made in France, cet engagement dépasse les murs des sites de production du groupe. Fimm s’appuie en effet sur un tissu de sous-traitants locaux important. Certains produits sont co-développés avec ces entreprises et les moules ou les outillages appartiennent à l’industriel jovinien. La grande majorité de ses approvisionnements s’effectuent ainsi dans un rayon de 80 km. Ce maillage territorial avec des partenaires de proximité joue également tout son rôle lorsqu’il s’agit de faire preuve de réactivité, lors de variations de volumes de commandes par exemple. « Nous connaissons bien nos fournisseurs et leurs organisations. La proximité permet d’optimiser notre réactivité en cas de forte variation du mixte produits ou des volumes. » 

Une gamme complète de produits professionnels

Si 80% des produits du catalogue de Fimm sont fabriqués par ses soins sur le site de Joigny, la marque complète son offre avec des produits de négoce afin d’être en mesure de couvrir tous les besoins de ses clients. C’est le cas, par exemple, des tables élévatrices de la marque Japonaise Bishamon ou encore des servantes à plateaux plastiques et diables en aluminium qui se caractérisent par leur compacité et par leur légèreté. «  Toutefois, c’est avec un soin particulier que les produits de négoce intégrant notre gamme de produits sont sélectionnés. En effet, aucun produit de négoce ne doit altérer l’exigence de qualité portée par la marque Fimm. Nous sommes avant tout un fabricant, pas un négociant. Un produit présent dans le catalogue Fimm a obligatoirement été testé et approuvé par notre bureau d’études » poursuit Laurence Dart.

Le catalogue Fimm comprend 1 200 références exclusivement dédiées aux professionnels avec pas moins de quatorze familles de produits – diables, chariots, dessertes, servantes, rouleurs, transpalettes, tables élévatrices, gerbeurs, grues, accès en hauteur, manutention de fûts, rétention, remorques standard et sur mesure, collecte des déchets – auxquelles s’ajoutent des solutions sur-mesure qui représentent aujourd’hui une part grandissante de son chiffre d’affaires. « Cette part est croissante, les professionnels recherchant de plus en plus des solutions personnalisées. Les compétences de notre bureau d’études nous permettent d’accompagner nos clients dans le développement de leurs projets sur mesure. » Ces solutions peuvent être conçues en synergie avec les autres bureaux d’études de Manuvit et de Whiptruck. «  La complexité consiste à fabriquer des produits simples, performants, et à l’écoute des besoins de nos clients. » commente Patrick Milet. « Souvent c’est au sein même de notre propre atelier que sont testés grandeur nature les nouveaux produits ! »

L’organisation production

En 2013, le fabricant a amélioré la gestion de ses flux de production et modernisé ses installations. Le site de l’Yonne s’organise en deux espaces, aux missions bien différenciées.

Dans le premier ont lieu toutes les opérations de fabrication mécano-soudées, depuis la découpe de la barre d’acier jusqu’au façonnage. « Dans cette unité, nous fabriquons un produit brut, un produit semi-fini, qui est mis dans un stock tampon pour répondre aux exigences de réactivité de nos clients » explique Patrick Milet. « Cette organisation nous permet d’être plus réactif et de mieux gérer la richesse de notre gamme. A partir de ce stock de produits semi-finis, les opérations de peinture et d’assemblage sont effectuées dans la seconde unité, ainsi que tout ce qui concerne les options et la personnalisation. Dans le premier espace, nous poussons la matière en fonction d’un seuil mini de stock de produits bruts. Nous optimisons ainsi les lots de fabrication. En revanche, dans le second nous personnalisons au plus tard l’équipement attendu par notre client (coloris, options…). »

Tous les collaborateurs sont sensibilisés à la notion de service client. « Notre volonté est que chacun soit conscient de l’importance de son travail et de sa participation active à la création de la valeur ajoutée reconnue par notre client. Nous voulons que chaque collaborateur soit fier de son métier et de la marque qu’il représente. La clé, c’est l’autonomie. Si on veut de la qualité, les opérateurs doivent prendre conscience de la relation client-fournisseur qui les unit en comprenant  l’impact de leur travail sur celui des autres » précise Julia Cattin.

Au même titre que les produits sur-mesure, certains produits volumineux, comme les escabeaux et les servantes, bénéficient d’un process de production dédié.

Analyse de la valeur

Parallèlement, les gammes de produits sont régulièrement revisitées afin de répondre aux attentes des clients et améliorer les process de fabrication. Non pour réduire les gammes, bien au contraire, mais pour optimiser les approvisionnements, la gestion de flux des produits, améliorer les performances. Initiée avec la gamme des escabeaux et aujourd’hui avec celle des  diables, cette démarche produit passe par une analyse de la valeur de chaque composant par le bureau d’études. « Nous fabriquons ici plus de 800 produits différents, avec des dimensions, des hauteurs variables... Avec une entreprise de plus de 60 ans, les gammes s’étaient accumulées, ce qui rendait leur gestion complexe en termes de flux de production » précise Patrick Milet.

La nouvelle gamme de diables, lancée en cette fin d’année, repose ainsi sur une structure de base commune pour tous les modèles, des poignées droite-gauche identiques, etc. « Nous avons intégré un travail par fonctionnalité, une fonctionnalité répondant à un besoin commun. Nous avons ainsi rationalisé la majorité de nos composants. » Différents éléments (bavettes options, roues, système de basculement assisté) viennent ensuite enrichir l’ensemble de base, d’autant plus aisément qu’ils ont été conçus pour s’y adapter parfaitement. « Nous avons rationalisé les composants d’entrée tout en élargissant la profondeur de gamme pour répondre à l’ensemble des besoins de nos clients. Aussi bien en termes de définition de produits qu’en réactivité. »

L’ensemble de l’entreprise a accompagné cette démarche de réflexion. Les commerciaux tout d’abord ont été invités à apporter leur ressenti par rapport aux attentes des clients. Les équipes du Bureau d’Etudes ont redéfini les gammes, en intégrant, par exemple, la fonction du basculement assisté sur 36 modèles contre un seul auparavant. Les collaborateurs internes ont testé dans leur quotidien les prototypes successifs, et les clients utilisateurs ont validé les prototypes retenus par une utilisation intensive pendant au moins six mois. Cette nouvelle conception a ensuite été entérinée par des tests en cycles réalisés par le Cetim afin d’éprouver la résistance dans le temps de la fonction basculement assisté. « Il faut du courage industriel pour ne pas se reposer sur ses acquis et remettre à plat une gamme, reconnue par nos clients depuis près de 60 ans. Grâce notre savoir-faire, nous repensons notre offre produits pour améliorer leurs fonctions et apporter ainsi une réponse encore plus performante du point de vue technique et services » précise Laurence Dart.
Globalement, toutes gammes confondues, le nouveau catalogue Fimm, à paraître en janvier 2017 comprendra plus de 160 nouveaux produits ! Un gage de dynamisme pour cette PME française qui dispose de la gamme de produits de manutention manuelle la plus riche du marché et en plein cœur de l’actualité entre TMS, pénibilité, soutien à l’investissement…

AR
La manutention, un secteur stratégique

« La manutention est une famille de produits qui devient stratégique, mais qui est encore méconnue et peu mise en avant alors qu’elle est au cœur de l’actualité et concerne tous les métiers » remarque Laurence Dart en rappelant que les vépécistes positionnent cette gamme en début de catalogue depuis des années car elle a l’avantage de concerner tous les métiers et ainsi d’intéresser tous les clients. Les commerciaux du fabricant ont donc pour mission de sensibiliser les équipes des distributeurs sur la dimension stratégique de cette famille. La marque édite également un document rappelant l’incidence des TMS en termes de coûts et de productivité pour les entreprises.

Afin de mieux accompagner ses clients dans la maîtrise de ses gammes de solutions de manutention standard et sur mesure, mais aussi la réglementation en vigueur, Fimm organise aussi pour ses partenaires distributeurs la visite de son site industriel et présente les principes simples permettant de bien accompagner le client dans la sélection de sa solution de manutention : « Les échanges sont très constructifs et les  résultats très positifs. »


Des diables de nouvelle génération : DBA 250 et DBA 350 kg

Trente six modèles de la nouvelle gamme de diables Fimm disposent du nouveau système de basculement assisté, un brevet déposé par l'entreprise qui permet de réduire l’effort de basculement de plus de 50%, d'optimiser l'équilibre de la charge, d'absorber les vibrations lors du roulage et de réaliser une dépose progressive de la charge, autant d'avantages qui soulagent les efforts de l’opérateur au niveau de la nuque, des épaules et du dos. Les bavettes sont fixes, repliables ou mixtes lorsqu’il s’agit de manutentionner tout type de charges. Dans ce cas, la bavette repliable est maintenue fermée et ne gêne pas l’utilisation en bavette fixe simple. Le diamètre du tube est adapté à la charge transportée. La peinture époxy résiste à un brouillard salin pendant 1 000 heures. Tous les modèles sont livrés montés et clairement identifiés par deux logos DBA (Diable Basculement Assisté) qui indiquent clairement la charge supportée : DBA 250 en rouge pour les 15 modèles supportant 250 kg et DBA 350, en gris mat et rouge, pour les 21 modèles à 350 kg.

Dans les points de vente, cette nouvelle gamme de diables, destinée à remplacer la précédente, affiche clairement sa fabrication française et ses atouts. Un totem trois faces accompagne l’implantation magasin, informant sur le dispositif de basculement assisté, la largeur et la profondeur de la gamme.

Le diable, un outil de manutention simple et fonctionnel que la PME Bourguignonne a pourtant réussi à dynamiser afin de créer une valeur ajoutée pour les réseaux de distribution et de différencier leur offre professionnelle face aux produits d’entrée de gamme !






1