Base articles

Plâtre et mortiers : Lafarge Bati N° 34 - Juil. 16
Le Praktis de Lafarge, une innovation incontestable

Avec la technologie Mixopack™, qualité de papier d’emballage qui permet d’introduire sac fermé le ciment dans la bétonnière pour élaborer bétons et mortiers, Lafarge vient d’apporter au marché une solution simple et innovante qui apporte un gain réel à toute les entreprises de maçonnerie. La première ligne bénéficiant de cette avancée technique vient de sortir sous le nom de Praktis.

Dans un groupe comme Lafarge qui possède la culture de l’innovation, les offres produits bénéficient d’un niveau qualitatif élevé qui concerne aussi bien le produit en lui-même que tout son environnement, et notamment son emballage ; sur ce dernier point, l’industriel français a pour rappel développé sur le second semestre 2015 ses conditionnements  en Big bag, Home Bag, CityBag et Sac Protect pour la distribution.

Aujourd’hui, Lafarge franchit un palier supplémentaire dans le packaging avec une innovation qui va sans nul doute marquer un tournant important sur le marché des mortiers et du béton, en proposant un ciment qui peut être introduit directement dans la bétonnière sans avoir à ouvrir son sac, ce dernier disparaissant totalement dans le mélange lors du malaxage. Vous cernez immédiatement l’avantage considérable de cette solution pour les entreprises de maçonnerie qui évitent ainsi des manipulations inutiles, des émanations de poussière nocives et une gestion de déchets.

Réflexion avec les artisans

La genèse de ce projet aujourd’hui arrivé  à son terme remonte à quelques années en arrière lorsque Lafarge a réuni un groupe d’artisans pour étudier le cycle de vie des sacs de ciment, depuis leur mise en œuvre jusqu’à leur recyclage, en passant par toutes les contraintes liées à leur utilisation. Toutes les étapes clés ont été passées en revue et les problèmes sériés afin de leur trouver une solution.

Sans rentrer dans les détails, l’utilisation d’un sac de ciment sur un chantier induit un cheminement qui démarre avec le transport du sac vers la bétonnière et se poursuit avec son ouverture, son déversement dans la cuve puis sa collecte avant élimination. Certaines de ces étapes sont assez pénibles, telle l’ouverture du sac dont il faut verser le contenu dans la bétonnière. L’opérateur ouvre le sac par le haut ou en son milieu d’un coup de pelle, s’en saisit avec un minimum d’attention et se penche pour verser le ciment dans la bétonnière, opération qui dégage de nombreuses poussières tout le temps de l’opération. Une autre étape contraignante est le recyclage du sac, ce dernier devant impérativement être collecté et amené à une déchetterie, un coût évident pour l’entreprise.

Supprimer l’ouverture du sac

A l’issue de cette réunion, un cahier des charges a été établi et l’option retenue par Lafarge pour répondre aux deux problématiques ci-dessus a été de développer un sac qui se déliterait dans la bétonnière. De fait, avec ce process, l’ouvrier n’a plus à ouvrir le sac et peut le manipuler sans une attention particulière lors de son approche de la bétonnière. Ensuite, l’incorporation du ciment dans le mélange se fait en jetant le sac fermé dans la cuve, donc sans émanation de poussières de ciment. L’introduction du sac se faisant par ailleurs de façon instantanée, l’opérateur peut se reculer immédiatement et ne pas avoir à subir les dégagements de sable occasionnés en début du malaxage. Enfin, le sac s’étant incorporé au mélange demandé, béton ou mortier, il n’a pas à être récupéré pour être recyclé en déchetterie.

Une solution particulièrement efficace, qui ne change rien au mode de fabrication des mortiers et bétons et donc aux habitudes de travail des maçons, qu’il fallait maintenant développer techniquement.

Coopération Lafarge Billerudkorsnas

Pour mener à bien ce projet, le Laboratoire Central de Recherche de Lafarge a travaillé pendant trois ans avec un de ses fournisseurs de papier d’emballage, le suédois Billerudkorsnas, pour concevoir un papier résistant se délitant totalement dans une bétonnière sans altérer la composition du mélange obtenu. Le résultat obtenu est aujourd’hui commercialisé sous le nom de Praktis qui désigne un ciment multi-usage 32.5 R NF dont le sac est composé d’un papier 2 plis pourvu d’un revêtement le protégeant des chocs et de l’humidité et pouvant se décomposer par abrasion au contact du sable, des graviers et des pales ; ce conditionnement se distingue des sacs en kraft communément utilisés qui sont composés d’un papier 2 plis comprenant en son milieu un film plastique, ici supprimé.

Avec cette technologie de papier baptisée Mixopack™, dont Lafarge bénéficie pour au moins trois ans de l’exclusivité auprès de son fournisseur papetier, l’emballage se désagrège bien totalement en microfibres qui disparaissent dans le mortier ou le béton sans effet sur sa qualité finale, critère primordial évidemment testé par l’industriel français.

Economiquement rentable

En termes d’utilisation, le Praktis peut donc être introduit sac fermé dans la bétonnière pour la fabrication des bétons et des mortiers, avec une restriction pour les coulis (absence d’abrasion) et les ouvrages esthétiques qui demandent comme auparavant l’ouverture de l’emballage.

Concernant son stockage, Il doit à l’instar des autres sacs de ciment du commerce être entreposé en abri couvert et protégé par le napperon plastique prévu par son fabricant. Enfin, au niveau du coût, les sacs de ciments Praktis, déclinés en 25 kg et 35 kg respectivement optimisés pour des bétonnières de 250 et 350 litres, ressortent avec un prix supérieur d’environ 5% par rapport au même ciment gris conditionné dans un sac standard (estimation de 13 sacs par palette). Ce surcoût est largement compensé par les économies réalisées sur chantier (diminution des temps de manipulation et de versement, ciment totalement consommé, chantier propre) et résultant de l’élimination de la mise en déchetterie des sacs vides.

400 rendez-vous commerciaux

Sur le plan commercial – la France est pilote en ce domaine –, après une période de pré-commercialisation qui s’est déroulée durant l’année 2015 avec trente points de vente pilotes, Lafarge a depuis le début de l’année 2016 enclenché sur le terrain une opération de lancement intensive pour promouvoir le produit. De nombreuses matinales réunissant à chaque fois au moins une dizaine d’entreprises du bâtiment sont organisées dans les négoces pour présenter et manipuler le Praktis – 400 sont projetées au global. Comme le souligne Michèle Duval, directrice du marché distribution, « les résultats sont très satisfaisants, les clients adoptant très rapidement le produit ». Les commerciaux peuvent également pourvoir les distributeurs en PLV avec notamment un kakemono intégrant un écran vidéo sur lequel tourne un film de présentation et de démonstration du produit, film également visible à partir du QR code imprimé sur l’emballage du Praktis.

Dans un second temps, lorsque la technologie Mixopack™ sera bien reconnue par les utilisateurs, cette solution de sac dégradable en bétonnière sera déclinée sur d’autres produits.

Frédéric Bassigny




1