Base articles

Quincaillerie : SevaxBBI N° 135 - Juin 16
Porte ouverte sur la technicité

Fabriquant depuis 1954 des pivots de sol sur son site de Chalon-sur-Saône, Sevax est la marque du groupe Saint-Gobain positionnée sur les solutions d’ouverture et de fermeture de la porte et de la fenêtre. Réalisant 30% de son chiffre d’affaires avec la distribution spécialisée en quincaillerie de bâtiment, l’industriel joue aujourd’hui la carte de la différenciation sur le marché en valorisant la réactivité d’une production dans l’Hexagone, une supply chain éprouvée ainsi que l’innovation et la technicité de ses produits.


Chacun a forcément un jour ou l’autre franchi l’une des portes actionnées par un pivot de sol fabriqué par Sevax, que ce soit en prenant le métro, en visitant l’Arc de triomphe, en passant chez le boulanger ou encore à l’occasion d’une venue à l’hôpital, dans un collège, bref dans dans tout espace public, à l’intérieur comme à l’extérieur, mais aussi dans l’habitat résidentiel.

Leader français du pivot de sol hydraulique avec une part de marché estimée à 60%, Sevax est l’une des marques du pôle Produits pour la construction du groupe Saint-Gobain. C’est même l’une des quelques marques du groupe à pouvoir associer sur ses produits, son logo et celui de Saint-Gobain, une identité bien visible qui figure sur les plaques de recouvrement de ses produits, fixées au sol.

Ancrage industriel

S’inscrivant pleinement dans l’histoire et la stratégie du leader mondial de l’habitat qui vise à être présent à toutes les étapes de la construction d’un bâtiment, Sevax est née en 1954, à Chalon sur Saône, en Saone et Loire au sein de Saint Gobain SEVA, filiale à 100% de Saint Gobain Pont à Mousson.

Saint Gobain SEVA réalise aujourd'hui un chiffre d'affaire d'environ 65 millions d'euros basé sur trois activités et se positionne sur des pôles très techniques en témoignent la conception et la réalisation d'outillages industriels complexes pour les différentes activités de production du groupe, notamment pour la transformation du verre (tels laine de verre, verre plat et bombé...).

La naissance de l’activité de dispositifs d’équipement de la porte est intimement liée à ce savoir-faire technique, plus particulièrement à l’apparition du verre Securit. Impossible effectivement d’équiper les portes en verre Securit de systèmes d’ouverture et fermeture traditionnels, au risque de fragiliser l’équipement. D’où la conception d’un ferme-porte dont le mécanisme est abrité dans un boîtier caché dans le sol, le fameux pivot de sol avec ressort qui représente encore aujourd’hui 80% du chiffre d’affaires de Sevax.

La marque Sevax émerge au début des années 70,  lorsque l'activité vitrage de Saint Gobain choisit de diversifier ses approvisionnements en pivots de sol en se tournant vers d'autres acteurs de ce marché. Seva décide alors d’intégrer la vente de ses produits et lance donc la marque Sevax avec, à la clé, la mise en place d’une stratégie, non plus axée sur un produit unique, mais sur le développement d’une gamme complète commercialisée sur différents segments de marchés, dont celui de la distribution spécialisée en quincaillerie de bâtiment. Son premier client sera Auto Fermeture AF, spécialiste de la fermeture implanté à Paris.

La quincaillerie : un réseau de distribution privilégié

Petit poucet de l’activité SEVA avec aujourd’hui un chiffre d’affaires de l’ordre de 6 millions d’euros et 30 personnes, Sevax est aussi la structure dont les ventes sont le moins orientées sur le groupe. Seulement 7% de son chiffre d’affaires s’effectue au sein de Saint-Gobain, à travers notamment les enseignes SG Glassolutions, Lapeyre et Point.P. « Cette ouverture nous donne une exigence plus forte en termes de rentabilité » explique David Coudurier, directeur de Sevax.

Aujourd’hui, l’activité de Sevax se répartit équitablement sur trois grands piliers : la quincaillerie de bâtiment, les industriels de la porte, ainsi que l’export axé sur une cinquantaine de pays. Depuis trois ans, l’industriel chalonnais a également développé un nouveau savoir-faire, les produits design, à l’instar des systèmes coulissants pour portes d’intérieur Jet Set, commercialisés sous la marque Sevax Interiors. « Cette gamme nous permet d’aborder notamment le marché de la GSB et les négoces en matériaux. C’est un nouvel amortisseur pour faire face aux fluctuations des différents marchés. »

Chacun des canaux s’appuie sur une fonction commerciale dédiée avec, en ce qui concerne la quincaillerie, quatre agents multi-cartes qui couvrent tout le territoire français. « Nos produits sont souvent les plus techniques de l’univers de la quincaillerie architecurale. » Dans son show-room de Châlon-sur-Saône, la marque propose d’ailleurs des formations techniques sur ses produits et à la pose, de façon à accompagner les professionnels sur les équipements à plus forte valeur ajoutée.

L’industriel développe également une activité sous marque propre. Il produit notamment les pivots de porte de plusieurs acteurs de la quincaillerie. « Avec certains distributeurs, nous pratiquons le co-branding. C’est pour eux un moyen de contrôler le marché de renouvellement » poursuit David Coudurier.

Une gamme complète

Le développement de la gamme prend un premier essor en 1974, avec le lancement du TS, le pivot de sol à système de freinage hydraulique que l’on retrouve sur les portes à battants de nombreux monuments historiques, là où il est impossible d’installer des portes à ouverture latérale. Capable de faire face à un million de cycles d’ouverture-fermeture, soit le double de la norme (500 000 cycles), le TS a incontestablement contribué à asseoir la notoriété de Sevax sur son marché. Pour compléter ce savoir-faire, l’entreprise signe, en 1977, un accord est avec le fabricant japonais Ryobi pour la distribution exclusive de ses ferme-portes aériens en France.

Quelques années plus tard, avec le lancement du Minos, Sevax intègre la notion de compacité. Ce pivot à frein pour porte simple et double action de faible encombrement, qui s’intègre ainsi dans la plupart des boîtiers de scellement du marché, séduit notamment l’export.

Innover pour se différencier

Reflet du savoir-faire technique de l’industriel, le Janus propose, lui, trois vitesses de fermeture, alors que les deux précédents modèles ne bénéficiaient que d’une vitesse comme la plupart des modèles du marché. Autrement dit, le poseur peut alors régler sur le chantier différentes vitesses selon les étapes de la fermeture de la porte, par exemple lente de 70 à 180° pour laisser le temps à une personne à mobilité réduite de sortir, plus rapide de 70 à 15°, puis ralentie de 0 à 15° pour éviter le risque d’écrasement des doigts. Cette année, Sevax complète son offre Janus d’un modèle à une vitesse, ce qui représente 70% des ventes du marché et d’une version à deux vitesses (20% des ventes). « Avec le Janus, nous sommes également les seuls sur le marché à proposer des corps en zamak, plutôt qu’en acier ou en fonte. Cela donne une précision plus importante au mécanisme et évite tout problème de corrosion. » Critère non négligeable lorsque l’on sait que le mécanisme hydraulique est inséré dans un boitier de scellement, intégré dans le sol, et peut donc être soumis aux liquides de nettoyage et aux intempéries.

Le Janus donne également les moyens à l’entreprise de se positionner à la fois sur le marché du neuf mais aussi du renouvellement puisque ce produit peut s’intégrer dans tous les boitiers de scellement du marché. Pour les applications où des problèmes d’hygiène au sol se posent (hôpitaux...), il se décline également en haut de porte, en linteau sur platine.
Autre innovation majeure, le B-Twist, lancé en 2015, révolutionne l’univers du pivot de sol en ne nécessitant aucune réservation. « En quincaillerie architecturale, on a coutume de dire qu’une innovation survient tous les vingt ans. Le pivot de sol sans réservation au sol en est une » se félicite David Coudurier. Bénéficiant d’un pivot miniaturisé, ce système de fermeture à deux vitesses n’exige que quatre petits trous pour fixer la platine. La porte peut ainsi se poser au dernier moment sans avoir à subir les aléas du chantier. L’aplomb, gage du bon fonctionnement du système, se règle facilement, sans nécessiter d’enlever la porte. Ce modèle existe également en version encastrée pour les portes en bois destinées aux industriels de la première monte.

Un savoir-faire en mécatronique

Conséquence de cette dynamique d’innovations, Sevax a affiché l’an dernier une croissance de 15% dans tous ses canaux de vente, sur un marché pourtant atone. Son bureau d’études, qui s’appuie sur quatre ingénieurs, travaille également sur la mécatronique, procédé qui associe mécanique et électronique. Le défi de la mécatronique donne ainsi les moyens à Sevax de se positionner sur le marché des produits normés, comme les solutions de sécurité incendie. Lancé il y a 15 ans, le premier produit mécatronique est ainsi le Janus asservi, suivi plus récemment de la serrure motorisée asser vie SMA. Cette dernière permet de laisser fermée en permanence une porte d’évacuation par exemple, sauf lorsque le centrale de détection la débloque. « Nous sommes est en train de développer une réelle compétence en mécatronique dans le domaine de la porte et de la fenêtre. » Le bureau d’études de Sevax travaille d’ailleurs de plus en plus en partenariat avec des industriels de ces univers, ce qui lui permet de lancer des innovations en phase avec les attentes du marché.

Une supply chain éprouvée

Si l’innovation et la technicité des produits constituent évidemment des atouts pour faire valoir la différence de la marque sur un marché comprenant de nombreux produits à bas coûts, l’industriel a également travaillé sur sa supply chain, enjeu d’autant plus crucial que les systèmes de fermeture à frein comprennent de nombreuses variantes. Chaque type de produit se décline en effet en fonction d’un axe (carré souvent en France, mais rectangulaire dès que l’on se rapproche de l’Allemagne ou encore rectangulaire mince en Espagne...), de plusieurs vitesses (1 à 3), de différents types d’arrêt (sans arrêt, à 90°...) mais aussi de plusieurs forces. En fonction de la largeur de la porte et de son environnement (en milieu venteux...), la résistance du système de frein doit être calibrée, de 3 PMR pour les personnes à mobilité réduite à 5. Si sur le TS, la force est calibrée sur le chantier, Sevax a fait le choix pour les autres modèles de régler la force dans son atelier, en fonction de la préconisation de l’architecte ou du menuisier. Cette donnée reste effectivement complexe à gérer pour le poseur qui court le risque en cas d'erreur d’avoir une porte battante au gré du souffle du vent ou se refermant trop, voire pas suffisamment rapidement, après une ouverture.

Si 90% des ventes se concentrent sur les modèles de force 3 avec arrêt à 90°, d’ailleurs souvent stockés par les distributeurs, Sevax s’appuie sur un stock conséquent et s’est organisée pour être en mesure de livrer ses produits sous 24 ou 48 h, quelle que soit leur configuration. Et dès qu’une configuration spécifique est exigée, son atelier bénéficie d’une réactivité importante avec trois lignes dédiées. « C’est un atout de fabriquer en France alors que les unités de fabrication de la majorité de nos concurrents sont situées dans le sud-est asiatique » souligne David Coudurier. « Nous sommes l’un des derniers fabricants de pivots de sol français et même européen. Les problématiques de supply chain peuvent être importantes pour ceux qui produisent ailleurs en cas de chantier exceptionnel ou de commande spécifique. »

En 2014, l’industriel a choisi de valoriser la production de ses produits réalisés sur le territoire français et de faire labelliser les produits historiques de sa gamme. Elle a ainsi obtenu le label Origine France Garantie pour six de ses modèles (TS, Minos, Minos +, Janus, Lucifer, SMA) au terme d’un travail d’envergure et complexe de la part des services achat et qualité puisque ces produits s’appuient sur plus d’un millier de composants... « La quincaillerie participe à 50% du coût global d’une porte en bois. Si elle dispose de ce label, la menuiserie peut ainsi elle aussi obtenir le label. Par ailleurs, cela nous donne un avantage concurrentiel, notamment à l’export, lorsqu’il s’agit de prouver l’origine France de nos produits » conclut David Coudurier.
Agnès Richard



1